AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Naren Angel Riley ▬ Parfois, toute une vie se résume à un geste fou.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naren A. Riley

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 27/05/2012

「Informations」
Âge: 19 ans
Capacités:
Autres Informations:

MessageSujet: Naren Angel Riley ▬ Parfois, toute une vie se résume à un geste fou.   Mer 10 Oct - 3:37



» Qu'est ce que tu regardes, là ? «


» Feat: N ▬ Pokemon
» Nom: Riley
» Prénom(s): Naren Angel
» Âge: 19 ans
» Particularité: Des oreilles et une queue de renard (souvent cachés) + un tatouage
» Race: Hybride kitsune
» Statut: Neutre

» Armes&Capacités:
Des griffes et des crocs
Sens développés + Vitesse accrue
Parle aux animaux et parvient à leur faire faire ce qu'il veut


» On regarde mais on ne touche pas «

Naren n’est pas quelqu’un qu’on peut qualifier ni de petit, ni de grand. Il est dans la moyenne, bien qu’il se situe légèrement au dessus de celle-ci. Mince, très mince même, on dirait presque un gringalet. Presque, car il ne faut pas croire que c’est un gamin sans force. Autrefois, il était dans le cirque et il est doté d’une agilité et d’une souplesse hors du commun. On pourrait presque se demander si c’est naturel, chez un homme. Et pourtant oui. Même s’il a perdu de son agilité d’antan, il lui en reste quand même beaucoup. A une période de sa vie, il n’avait plus pu s’entrainer comme il le souhaitait, mais a présent qu’il était dans le Fushigi Yume, il pouvait à nouveau faire ce qu’il voulait quand il voulait.

Le jeune homme n’est ni magnifique, ni vraiment moche. Il trouve qu’il est dans la moyenne. De toute manière, il s’en fiche pas mal de son apparence. Ah ! Non. Enfaite, pas complètement. Il y une partie de son corps dont il aime prendre soin : ses cheveux. Qui sont d’une couleur assez étrange, il faut en convenir : d’un joli vert clair. Ouais ouais, naturellement. Bizarre hein ? Comme quoi la nature a parfois d’assez étrange idée. Chaque matin, il aime bien les ébouriffés soigneusement, pour leur donner ce petit effet qu’il accentue. Souvent, pour ne pas dire tout le temps, il porte une casquette (à l’endroit ou a l’envers selon son humeur) pour paraitre un peu « rebelle », mais il sait que c’est plutôt pour cacher ses adorables petites oreilles de renard qui pointent de sous ses cheveux. Il faut avouer que cela ne fait pas très « viril », même si dans certaines conditions ça peut avoir son charme.

Il a la peau blafarde, presque translucide, a un point qu’il a presque l’air malade tout le temps. Pourtant, je vous assure, il est en pleine forme ! Son visage ovale est pointu vers le menton, ses yeux bleus brillent la plupart d’un éclat rusé ou malicieux, trahissant ses pensées. Il met souvent des habits simples, ni trop élégants ni trop sobres : tee-shirt noir, chemise blanche et pantalon brun. A son cou trône un pendentif mystérieux (souvenir d’une virée, durant le temps où il était au centre, dans un lieu interdit) qu’il n’enlèverait pour rien au monde.

» Sauras-tu qui se cache derrière ce masque ? «

Naren est quelqu’un qu’on peut qualifier de… compliqué. Enfin, déjà, ce n’est pas difficile de voir – même au premier regard, si vous êtes un tant soit peu intelligent –que le jeune homme joue un rôle. Que ce n’est pas sa vraie personnalité. Qu’il possède un masque qu’il n’enlèverait pour rien au monde. Ce masque, beaucoup de monde le porte. Naren n’en fait pas exceptions. L’hypocrisie, la mauvaise foi, la tromperie, tout ça fait partie intégrante de sa vie. Surtout la mauvaise foi, enfaite. Il déteste de ne pas avoir raison, et bien que souvent il sache avoir tort il maintiendra sa position juste par esprit de contradiction.

Le jeune homme est rusé comme… un renard. Pas étonnant qu’il soit devenu un kitsune, n’est ce pas ? Qui se ressemble, s’assemble. Ce proverbe prend tout son sens avec Naren, d’ailleurs.
Têtu comme une mule, hargneux comme un chien, rusé comme un renard… ce n’est pas étonnant que arrivé dans le Fushigi Yume, il soit devenu un hybride. Il leur correspond parfaitement, et il a toujours été à l’aise avec eux. Quand il était plus petit, il adorait passer du temps avec les animaux du cirque, il avaient une manière de se comprendre, et Naren parvenait à se faire respecter d’eux… avec une étrange facilité. Aujourd’hui, il ne considère plus que les animaux comme ses amis. Seuls eux méritent qu’il soit gentil et tendre. Il y a une grande différence entre le Naren avec les hommes et le Naren avec les animaux. Une personnalité bien différente.

Susceptible, quelque peu arrogant quand il veut avoir raison et quand il juge la personne en face de lui insignifiante – rassurez-vous, c’est pas comme si ça lui arrivait à chaque coin de rue non plus. Rebelle, il aime avoir raison et ne supporte plus qu’on lui donne des ordres. Comme un animal, il aime sa liberté et tient plus que tout à son indépendance. C’est vrai qu’il a beaucoup de points communs avec ses amis les bêtes. Impulsif, il déteste mentir bien que parfois il n’hésite pas.

Il est également très impulsif, il dira ce qu’il pense sans prendre de gants, sauf dans des cas particuliers évidemment, avec des personnes qu’il ne voudra pas blesser. Il peut se montrer cruel, mais seulement lorsque la personne d’en face l’est aussi ou lorsque Naren se sent agressé ou que quelqu’un commet une injustice, en particulier avec les animaux. Il a un petit côté sauvage qui pourrait le rendre attirant… s’il n’avait pas un caractère aussi renfermé. Quelqu’un parviendra-t-il a lui faire extérioriser ses bons sentiments un jour ?

» Je suis qui je suis, si ça te plait pas, va voir ailleurs «

Dans le monde du cirque, il est difficile d’être quelqu’un de « normal ». C’était le cas de la famille Riley, bien que le mot famille soit un terme peut-être un peu exagéré, car elle n’était composée que de trois personnes : Cathy Riley, la mère, Aymeric Riley, le père, et Naren, leur fils. Ces trois-là formaient un trio de trapézistes funambules dans un cirque de haut niveau, quoique pas très grand. Il s’y trouvait des jongleurs, des dompteurs, des cracheurs de feu, des contorsionnistes, des clowns, des trapézistes, et autres artistes qui attirent bon nombre d’enfants, petits et grands. Tous ces gens formaient une grande famille qui se serraient les coudes : le cirque des Sept Couleurs contre le monde entier. Car les gens du voyage, même dans un cirque, n’ont jamais fait une si grande impression, avec la réputation qu’on leur donne à leur dépend.

Naren était le cadet de cette grande famille. Bien que ce soit le fils des trapézistes, c’était un peu le fils à tout le monde. Naren était leur fierté. Baignant depuis qu’il fut né dans cette atmosphère mystérieuse, familiale quoique très dur durant les entrainements du cirque, le petit révéla un don pour le trapézisme, mais qu’il améliora à sa manière avec sa souplesse et son agilité hors du commun. En le voyant, déjà tout petit, en train de faire des exploits sur les barres et dans les airs, les parents resplendissaient et les autres artistes souriaient fièrement en disant que finalement, c’était assez normal que des trapézistes aussi talentueux donnent naissance à un petit garçon au don si formidable Naren développa ainsi une grande complicité avec tout le monde, apprit à sourire tout en faisant des prouesses. Malgré les nombreux applaudissements et compliments qui ne manquaient pas de tomber sur lui, il parvenait néanmoins à rester humble et modeste. Il faut dire que Cathy et Aymeric l’élevaient et l’éduquait plutôt bien. Le petit garçon passait également beaucoup de temps avec les animaux. Bref, on peut dire qu’il avait une vie plutôt bien remplie, et qu’il était loin d’être malheureux. Le cirque voyageait dans le monde entier, Naren n’avait pas vraiment d’amis si on exceptait ceux de la troupe. Ça ne le dérangeait pas vraiment quand il était petit, car il avait plein d’autres choses à faire, à découvrir, et surtout à s’entrainer. Il n’allait pas non plus à l’école : c’était ses parents qui l’instruisaient de ce qu’ils jugeaient nécessaire.

Mais comme dans toutes les histoires, tout ne peut pas être beau, magnifique et tout le tralala. Ce serait trop beau, et comment serait-il allé dans le Fushigi Yume s’il n’avait jamais voulu quitter ce monde ?

- Et maintenant mesdames et messieurs, un spectacle étonnant ! Les Riley, leurs couple phare, leur numéro inédit et leur fils de neuf ans tout aussi époustouflant ! Et pour la seconde fois, sans aucun filet ! Un tonnerre d’applaudissement pour nos trapézistes !
Le visage souriant, en apparence détendus et complètement a l’aise, le trio firent leur apparition sous les projecteurs, a des mètres du sol. Ils firent un signe de la main à la foule, qui applaudissait déjà à tout rompre : leur réputation les avait précédés. A l’aise comme des poissons dans l’eau, ils commencèrent leur numéro comme d’habitude. Chaque mouvement était maitrisé à la perfection. Leur grâce et leur agilité était phénoménale, chaque spectateur avait les yeux rivés là-haut, sur le ballet aérien. Naren attendait patiemment, le sourire aux lèvres, que ses parents finissent leur numéro à deux pour commencer le sien. Et puis, le drame. Cathy fit un mauvais mouvement. Elle n’attrapa pas la barre comme prévu. Elle ne put rattraper son mari. Et puis, la chute. Comme au ralenti. Naren eut le temps de voir le visage de ses parents le regarder une dernière fois. Pas un bruit. Le sang lui bourdonnait aux tempes. Tout lui paraissait assourdi, comme s’il regardait un mauvais film ou qu’il regardait la scène de haut. Le silence. Le bruit des corps qui touche terre. Les secondes terrifiantes où personne n’ose se rendre compte de ce qui vient de se passer. Naren, à présent seul là-haut, se laissant tomber sur la petite plate-forme et regardant vers le bas, ne pouvant comprendre ce qui se passait et que les deux taches, tout là en bas, étaient celle de ses parents. Puis les cris. Les gens affluant sur le plateau, se regroupant autour des corps. Qui auraient pu survivre a une chute pareille ? Pas le couple Riley en tout cas.

Ça y est. Une partie de la vie de Naren était morte.

Un autre tournant de sa vie venait de se terminer. Quelle allait être son avenir a présent ? Plus personne ne voulait de lui. Les membres du cirque l’acceptaient tant que ses parents payaient pour lui et qu’ils ne doivent pas s’occuper de lui, mais s’il devait être sous leur protection et qu’ils devaient le nourrir et le loger… là, ça n’allait plus. Alors que faire ? Bah, il était encore jeune. Et adorable. Et doué. Alors ils seraient facilement adopté, n’est ce pas ? C’était en tout cas leur logique. Leur logique pour se débarrasser de lui certes, mais bon. C’est donc à ce moment que Naren fut envoyé dans un centre d’accueil, car malgré ce qu’on avait pu pensé il ne fut pas adopté tout de suite.

Naren mit du temps à s’adapter à sa « nouvelle vie ». Même si, d’après ce qui lui disaient ceux qui s’occupaient de lui que ce n’était que provisoire. Mais le temps passait, et personne qui l’adoptait. Il continuait tous ses exercices pour ne pas perdre la main, et ainsi s’est fait de nombreux amis qui l’admiraient. Le petit garçon avait le contact facile, il souriait, il riait. Il était gentil, drôle et attentionné. Il ne connaissait pas grand-chose a la vie, mais il était intelligent et apprenait vite. Même si la vie au centre n’était pas facile tous les jours, il ne voyait que le bon côté des choses. Il ne tarda pas à se faire pleinement accepté des autres enfants et de se faire aimés par le personnel, avec son charme, ses yeux pétillants et ses étranges cheveux verts. Deux ans passèrent. Personne ne se décidait à l’adopté. Ça ne le dérangeait pas vraiment : il aimait bien le centre. Un jour, il rencontra une petite fille. En faisant quelques recherches, il apprit qu’elle s’appelait Megumi. Elle paraissait être tout le contraire du garçon. Pourtant, il était étrangement attiré : cette fille avait quelque chose de spécial, alors il se décida qu’il essaierait de lui parler. Il apprit bien vite qu’elle n’était pas du tout sociable. Mais il n’avait pas pour coutume d’abandonner. Alors il insista. Encore. Et encore. Et finalement, il perça sa carapace. Et devinrent amis.

Naren ne regretta jamais sa décision de vouloir être amis avec cette étrange fille. Ils passèrent beaucoup de temps ensemble. Ils s’entrainaient tous les deux : elle a l’athlétisme et lui au trapéziste. Cette période de sa vie, Naren ne l’oublia jamais.
Cette période dura quatre ans. Et puis, un beau jour, alors que Naren avait 16 ans, celui-ci fut adopté.

Ça y est. La deuxième partie de la vie de Naren était morte.

La troisième partie fut beaucoup moins joyeuse que les deux premières. Le couple qui l’adopta… et bien, on se demandait pourquoi ils voulaient adopter. Non, ce n’était pas qu’ils étaient méchants… mais ils s’en fichaient. Ils étaient riches, ne pouvaient pas avoir d’enfant, et pensaient simplement que pour réussir ils devaient en avoir un pour l’héritage, et, disaient-ils, « ça le faisait mieux ». Naren fut envoyé dans une riche école privée, avec un règlement hyper strict. Le sport n’était pas vraiment une option très bien vu, c’était bien plus scientifique, genre ingénieur & compagnie.

Naren changea. L’école le changea. Radicalement. Il ne pouvait plus s’entrainer comme avant. Alors qu’il avait besoin d’extérioriser, de se défouler. C’était ainsi qu’il parvenait à rester souriant et gentil. A présent… Privé de ce défouloir, il laissa peur à peu ressortir son « côté obscur ». Il se forgea une carapace solide autour de son cœur. Encore une fois, il mit du temps à s’adapter. Son cœur enferma ses bons sentiments derrière une barrière de roc. Ce roc avait un nom : la rébellion. Il avait l’habitude de faire ce qu’il voulait, et ça c’était toujours très bien passé. Seulement maintenant, cela ne se passait plus bien. Il était puni comme un gamin, parfois battu. « Obéis, sinon… ! » Cette phrase était devenue une de celle qu’il entendait le plus. Et il n’aimait pas ça. Le gentil garçon drôle laissa place à son contraire. Il se fit des amis…. mais cette fois ses amis n’étaient plus de « bonne fréquentation ». C’était de la racaille, qui venaient de la banlieue. Il apprit tout ce qu’il fallait pour survivre, pour se faire un nom. Il toucha a des choses qu’il n’aurait jamais imaginé du temps de sa vie d’avant. Parfois, il lui venait de se demander comment il en était arrivé là. De ce qui dirait ses parents. De ce que dirait Megumi. Elle lui manquait atrocement… surtout au début. Mais il ne le montrait plus. Ses émotions étaient barricadées derrière ce masque arrogant qu’il portait tout le temps.

Un jour, il lui prit un étrange sentiment de nostalgie. Il avait décidé de bien embêter ses parents, alors il sécha les cours pour se rendre au centre. Celui dans lequel il avait passé un certain nombre d’années de sa vie. Et là, qui croisa-t-il ? Eh oui ! Comme par enchantement, il croisa celle avec qui il avait passé les plus belles années de sa vie. Quelle ne fut pas sa surprise ! Mais il avait appris à ne plus montrer même sa surprise. Alors il fit comme si c’était parfaitement naturel, comme s’ils ne s’étaient jamais quittés. Comme si elle ne lui avait pas horriblement manqué. Et il pensa à tout ce qui avait changé. Ça faisait beaucoup de choses ! Et il fallait reconnaitre qu’il était bien loin du petit garçon souriant qu’il avait été un jour. Mais bon. Tout le monde change un jour, hein ! Megumi, par contre, n’avait pas l’air d’avoir beaucoup changé par rapport au passé. Il était content de l’avoir retrouvée après toutes ces années. Même s’il avait une drôle de sensation la concernant…

Quand il fut rentré chez lui peu de temps après, il subit à nouveau l’accueil habituel : engueulade, cris et même pleurs cette fois-ci venant de sa mère adoptive. Ça devait être la goutte qui faisait déborder le vase. Que leurs avaient-il fait pour qu’il se comporte ainsi ? Il avait ce qu’il voulait, il aller dans une école où il était certain d’avoir un brillant avenir… Ayant l’habitude, le jeune homme monta simplement dans sa chambre. Mais le père également en avait assez. Alors il monta à sa suite. Qui sait ce qui se passa durant le temps où les deux furent dans cette chambre ? En tout cas, Naren eut un comportement étrange. A la fin de la soirée, il alla chez sa mère et s’excusa. D’un air assez froid, mais il s’excusa. Les journées passèrent. Naren était plongé dans ses pensées. Il réfléchissait. Son père avait dépassé les limites, mais nul ne savait ce qui s’était vraiment passé.

Cet événement énerva Naren au plus haut point, bien qu’il n’en laissa plus rien paraitre. Il avait jamais demandé à être adopté, hein ! Alors une nuit il se demanda ce qu’il faisait là. Pourquoi il faisait tout ça. Il souhaita que ses problèmes passent. Pourquoi pas que ses parents disparaissent ! Non, mieux : de disparaitre lui-même. Alors Alice lui apparut. Il fut embarqué dans le Fushigi Yume, où il révéla être un hybride, un kitsune plus précisément. Cet animal lui ressemblait parfaitement : fourbe et rusé. Rien ne paraissait pouvoir le changer. Vraiment rien ? Ni personne ?

La troisième partie de la vie de Naren était morte. Que lui réservait la quatrième ?


» Tu veux ma photo ? «

» Comment tu t'appelles ? J'ai pas mal de pseudo, y'en a qui m'appellent Eryna, d'autres Kim, mais vous pouvez m'appeler Naren. Ah oui : I'm a girl.
» Tu es né quand ? On veux te souhaiter un Bon Annif' ! 06/06 - ouais ouais, le jour du débarquement -
» Comment t'es arrivé(e) chez les nous ? Ça fait un p'tit bout de temps, changement de perso
» T'en penses quoi, de notre forum ? o/
» Ça fait longtemps que tu fais du RP ? Ouaip quand même.

» Code: Jvalidé par celle qui va te massacrer ~





Dernière édition par Naren A. Riley le Ven 12 Oct - 5:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megumi S. BlackStar
Reine des Ombres
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 28/09/2011

「Informations」
Âge: 17
Capacités:
Autres Informations:

MessageSujet: Re: Naren Angel Riley ▬ Parfois, toute une vie se résume à un geste fou.   Mer 10 Oct - 6:46

    Re-bienvenue, Narenounet 8D

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naren A. Riley

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 27/05/2012

「Informations」
Âge: 19 ans
Capacités:
Autres Informations:

MessageSujet: Re: Naren Angel Riley ▬ Parfois, toute une vie se résume à un geste fou.   Ven 12 Oct - 4:59

    Pourquoi je commence a prendre peur moi ?
    Bref, je dirais que j'ai fini, même si le physique et le caractère ne sont pas très longs :3 ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megumi S. BlackStar
Reine des Ombres
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 28/09/2011

「Informations」
Âge: 17
Capacités:
Autres Informations:

MessageSujet: Re: Naren Angel Riley ▬ Parfois, toute une vie se résume à un geste fou.   Sam 13 Oct - 22:02

    Ficher validée =)
    Bon Rp, Narenounet *Q*

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naren Angel Riley ▬ Parfois, toute une vie se résume à un geste fou.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naren Angel Riley ▬ Parfois, toute une vie se résume à un geste fou.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parfois , toute une vie se résume à un geste fou. OS. G
» Episode 20 - Le facteur Yoko
» Buffy & Angel ou Buffy & Riley ?
» Ma toute première fanfic, victime : Dn Angel
» 6x22 - Grave [VF : Toute la peine du monde (Partie 2)]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fushigi Yume :: 「Administration」 :: 「Character」Présentations :: 「Archives」Présentations validées-
Sauter vers: